Découverte de l’environnement d’un fleuve

Début Avril, dans le cadre des Enseignements Pratiques Interdisciplinaires [EPI], du projet

» Au fil de l’Eau «

et d’une sensibilisation à l’environnement et l’écologie urbaine, menée avec les classes de Cinquième, des élèves accompagnés de leurs professeurs d’EPS, de physique et de SVT, ont exploré l’environnement fluvial d’une rivière, la Saône pendant 5 jours sur

La Péniche de l’environnement

C’est découvrir le Rhône et la Saône, la richesse et la diversité de leurs environnements naturels ou bâtis, leurs aménagements ainsi que la culture et le patrimoine fluvial.

Un regard nouveau sur les territoires traversés par des navigations et des activités que propose l’association “Péniches du Val de Rhône“  : Éduquer au fil de l’eau est leur principe conducteur. 

Des navigations avec lectures de paysage

Ils ont pu trouver un environnement naturel en articulation avec l’urbanisation, et l’observation d’un patrimoine architectural, historique, industriel, social, artistique en lien avec la nature et la ville. Ceci afin de mieux connaître ce milieu particulier qui leur est proche…

Voir le site :   http://peniches.fr/

Voir la vidéo de présentation (pour lire la vidéo, cliquer sur l’image)

Publicités

Les fabriques de l’énergie

 

dossier du mois

Le dossier du mois de notre blog-journal se propose de traiter un sujet de fond qui est un des thèmes mots-clés de nos programmes et en rapport avec l’actualité de l’acquisition de nos connaissances.

Produire de l’énergie, comment fait-on ?

Par Youssef, 6ème3

Au collège, en classe de technologie, avec notre professeur M. Del Aguila, j’ai proposé de présenter un exposé pour informer sur le sujet :  « Les ressources en énergie en France « .

Aussi, dans cet article, sur la ligne éditoriale du journal du collège, je vous dévoile les grandes parties de mon travail de recherche.

Il existe plusieurs sources d’énergie qui proviennent de plusieurs systèmes de transformation. Ces systèmes nous aident au quotidien à être approvisionnés en énergie.

Les centrales hydroélectriques = eau centrales hydro-électriques -Article Youssef

On utilise la force de l’eau d’une rivière ou d’un fleuve pour faire tourner des alternateurs qui produisent de l’électricité.

Les éoliennes = ventLes éoliennes art. Youssef

On utilise le vent qui souffle pour faire tourner 3 pales d’un rotor qui produit de l’électricité.

 

PANNEAU SOLAIRE -art. YoussefLes panneaux solaires = solaire

On utilise le soleil pour faire de l’électricité avec les rayons du soleil. De plus, il est peu coûteux et ne pollue pas.

 

capteurs solaires thermiques art. Youssef

Les capteurs solaires thermiques = solaire

On utilise le soleil pour faire chauffer un liquide qui passe par le panneau que le soleil frappe.

 

centrales nucléaires art. Youssef

 

Les centrales nucléaires = danger

On utilise la fission de noyaux d’atomes lourds qui produit de l’électricité. C’est très dangereux et polluant.

 

biomasse art. Youssefgéothermie art. YoussefLa biomasse = terre
On utilise la tige de maïs, blé, etc. qui est ensuite brûlée pour avoir de la chaleur. Il est aussi possible de la laisser pourrir  pour obtenir du compost, du gaz ou de l’eau chaude.

géothermie1 art. YoussefLa géothermie = terre

On utilise la croute terrestre pour chauffer un liquide qui descend et remonte à plus de 180°C et se transforme en vapeur qui fais tourner un alternateur.

Usine marée motrice_Art. YoussefUsine marée motrice de la Rance =  eau

On utilise la marée de la Rance pour fabriquer de l’électricité grâce à la force de la marée.

 

force de la houle art. Youssef

 

La force de la houle (les vagues de la mer) = eau

On utilise les vagues de la mer pour produire de l’électricité, comme une pompe sous l’eau.

 

Aller plus loin / En savoir plus :

Voir le site : L’école de l’énergie / groupe EDF, Électricité de France.- Page « Quelles sont les sources d’énergie ? » http://www.techmania.fr/edf_ecole_energie/accessibilite/mod1_chap3.htm

logo-les explorateurs de l_énergie Voir le site : Les explorateurs de l’énergie / Romande Énergie http://explorateurs-energie.com/

 

Accidents de voiture et de moto, attention danger !

Par Maxime, 5ème2

 Notre professeur de français, Madame Bourquin, en cours, nous a expliqué ce qu’est la Une d’un journal. Et sur notre cahier de français, nous avons réalisé une maquette de Une. Le professeur a demandé, dans une consigne de travail, à chaque élève de la classe, de rédiger un article de presse, comme pour publier un petit journal.  Voici mon article.

 

Prévenir les personnes qui conduisent des dangers  sur  les routes, cela peut sauver une vie. C’est une façon de rappeler que les personnes qui conduisent trop vite ou qui ont un taux d’alcoolémie dans le sang sont concernées.

Dans le monde, de très nombreux accidents de voiture et de moto causent la mort de centaines de personnes. Surtout sur les autoroutes. Il est important qu’un message soit lancé pour arrêter ces catastrophes.

Pourquoi tant d’accidents?

De nombreux conducteurs sont imprudents.

Maxime

Beaucoup conduisent avec de grands excès de vitesse et de pilotage dangereux. Il y a des situations à risques pour les motos qui circulent dans le flot des voitures. 

ACCIDENT MOTO

Source image : Site Motomag.com.- Page Sécurité routière >Accidents de la route : baisse des tués à moto et scooter en 2016

  • Une voiture grille un stop
  • Un automobiliste perd le contrôle de son véhicule
  • Un motard fait un mauvais dépassement
  • Un motard change de file sans regarder les voitures qui arrivent
  • Une voiture arrive en face de la moto qui a dépassé la ligne blanche
  • Une voiture freine brutalement
  • L’arrivée d’un piéton sans que le motard s’en soit aperçu
  • Une chaussée glissante
  • Un motard ou un automobiliste alcoolisé
  • Une manœuvre pour éviter un obstacle 

Source image : https://www.francecasse.fr/blog/accidentologie-des-2-roues-moto/

Pour éviter au mieux de se mettre ou de mettre les autres usagers de la route en danger, de bons réflexes sont à adopter.

⇒ Rester concentré sur la route

⇒ Prendre ses précautions en vérifiant l’état de son véhicule

⇒ Disposer d’un équipement de sécurité (surtout pour les motos : casque, lunettes ou écran de casque, veste en cuir couvrante, pantalon long en matière résistante, bottes en cuir, gants en cuir, gilet airbag, tenue de pluie)

⇒ Conduire sûrement et sereinement

⇒ Anticiper le comportement des autres usagers de la route

 

Surtout,

            La courtoisie au volant, un facteur de sécurité sur la route

En cas d’accident, il faut retenir trois mots essentiels :

Protéger, Alerter, Secourir

 

 

Lecture théâtralisée en classe de 4ème

Nouvelle rencontre avec les trois comédiens Deborah, Frank et Fabrice de la Compagnie théâtrale  » La fille du Pêcheur  » à Rillieux-la-Pape. Une écoute de textes en spectacle vivant, à l’heure de la science fiction, le genre littéraire de l’anticipation.

Ou encore « Bienvenue dans le futur ! »

Dans la classe de français de M. Cafagno, le Mardi 12 Mars 2019, les élèves de 4ème6 ont  prêter l’oreille avec attention à deux Nouvelles. Pour la 1ère, il s’agit de connaitre l’univers inventif débordant d’un grand écrivain américain Isaac Asimov, d’origine russe. Une grande partie de son œuvre tourne autour de thèmes scientifiques comme ces machines à l’aspect humain, capable de se mouvoir, d’exécuter des opérations et de parler : Les Robots. Pour la 2ème Nouvelle, c’est un voyage dans le temps avec Colin Thibert, auteur d’aventures futuristes à l’humour dévastateur.
Le robot qui rêvait par Asimov Découverte de la nouvelle ou histoire courte :

  •  » Le robot qui rêvait « , parue en 1986 qui a inspiré le scénario du film I, Robot.

Situation : Une jeune chercheuse roboticienne Linda Rash (Deborah), de l’US Robots, a étudié en coulisse les robots. Elle a manipulé dans le cerveau des connections et son robot serait équipé d’un subconscient. Une nuit, le robot Elvex annonce à sa créatrice, Linda, qu’il a rêvé.  Celle-ci appelle sa supérieure, le docteur Susan Calvin (Frank). Celle-ci vient voir ce qui se passe et questionne le robot (Fabrice). Celui-ci ne semble pas avoir conscience des trois lois de la robotique ,…..

⊗ Première Loi : Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger.
⊗  Deuxième Loi : Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres entrent en contradiction avec la Première Loi.
Troisième Loi : Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n’entre pas en contradiction avec la Première ou la Deuxième Loi.

Extrait : Voir (Format pdf) : http://doctamalus.weebly.com/

Isaac Asimov Isaac Asimov

Voir le site Maxisciences.- Page Isaac Asimov : biographie, livres, tout savoir sur le père de la science-fiction https://www.maxisciences.com/biographie/….

 

Découverte de la nouvelle ou histoire courte :

  •  » Vendredi sur la 8ème lune « , écrite par Colin Thibert

Situation : Cela fait référence à Robinson Crusoé. La 8ème lune est une planète.

L’histoire se passe sur un gisement de sélénium sur la huitième lune d’Alvatar.
Le personnage central c’est Jossip, un homme qui ne se laisse pas rebuter par l’inconfort et la solitude. Il est résolu à faire fortune grâce a son exploitation, il adore les nouvelles technologies. Il y a aussi Max, un robot intelligent, qui a plusieurs possibilités de travail, comme : terrassier, jardinier, bûcheron ou déménageur. Il va être acheté par Jossip. Le chercheur de sélénium va se rendre compte, à ses dépens, qu’il n’est pas bon de trafiquer un robot, même s’il manque de compagnie! …….

 Colin ThibertExtrait : « – Camarades ! Nous sommes réunis pour assister au châtiment mérité… Il n’alla pas plus loin. De sa bouche sortirent des borborygmes, puis il vomit diodes et condensateurs. Une rumeur parcourut la foule. Le corps du robot fut agité de spasmes, des germes d’étincelles jaillirent de ses articulations. On sentit une forte odeur de brûlé et un filet de fumée grise s’éleva paresseusement de la cavité crânienne dont Jossip avait forcé les scellés. Sous les yeux ébahis des mineurs, la cybercréature de disloqua enfin avec un bruit de casserole. »

Colin Thibert  

Séparateur article pour le blog

Quelques photos des comédiens sur le vif

 

 

Sur les traces de nos eaux usées …

 

P1100213

Vue de la Station d’épuration – Bassin d’aération

A la découverte de la Station d’épuration

à Pierre-Bénite

p1100289


Panneau d’information

Dans le cadre des Enseignements Pratiques Interdisciplinaires [EPI], du projet

               » Au fil de l’Eau « 

et d’une sensibilisation à l’environnement et l’écologie urbaine, menée avec les classes de Cinquième, une visite de la Station d’épuration et de traitement des eaux usées de Pierre Bénite du Grand Lyon Métropole a été organisée pour comprendre les différents traitements des eaux usées, à l’initiative des professeurs de Sciences et Technologie, M. Del Aguila, M. Desmules, M. Guermat le lundi 10 décembre 2018.

Un circuit initié par un technicien de l’eau sur la gestion du cycle urbain de l’eau. Il nous a expliqué le fonctionnement de tous les bassins et le parcours de l’eau de l’entrée à la sortie de la station.

Notre guide technicien
Notre guide technicien

La principale mission de cette station qui traite 33 communes (il y a 12 stations dans l’agglomération) sur un site de 17 hectares : Laver l’eau qui provient de l’eau usée des habitations et rendre l’eau propre. Il faut 15 heures pour rendre l’eau propre, ce nettoyage est très long ! Tout est organisé pour respecter l’environnement comme les systèmes pour limiter les odeurs, ce qui est important.

En zone de déambulation sur les grands pôles de production et espaces de la station, les élèves ont découvert les nombreuses étapes de la dépollution de l’eau avant qu’elle soit rejetée dans le Rhône.

Une première question aux élèves :  » Quelle est la consommation par personne ?  » Le technicien de l’eau nous apprend qu’une douche, c’est en moyenne 150 litres par personne.

Il faut savoir qu’un habitant du Grand Lyon consomme en moyenne 230 litres d’eau potable par jour !

Un laboratoire réalise des analyses de l’eau et des tests de pollution. Il existe aussi un hall d’incinération au toit rouge. Grâce à un four, on obtient des déchets de la saleté de l’eau. Ces déchets sont brulés par le feu.

La station dispose de bassins d’aération. C’est un mode d’épuration pour le traitement des eaux. Le principe est de bio-dégrader la matière organique grâce à des petites bactéries qui se nourrissent de la saleté de l’eau.

Les bactéries seront ensuite mangées par des micro-organismes (protozoaires qui sont pour la plupart des ciliées).

Un brassage permanent permet une aération importante et facilite l’accès des bactéries aux particules. Ce brassage est suivi d’une décantation qui renvoie les boues pourvues en bactéries vers le bassin d’aération.

Dans un autre bassin, les bactéries vont couler.  En haut, il y aura une couche de « propre » et en bas, une couche de « sale ».

C’est pourquoi le technicien de l’eau nous explique qu’il ne faut pas mettre de produits chimiques dans les WC, car arrivé à la station, cela tue les bactéries. Il rappelle alors que les déchets de notre quotidien se retrouvent jusque dans nos eaux usées.

 

Le parcours de l’eau étape par étape

  • 1ère étape : Le dégrillage
    Le procédé, c’est d’enlever tous les gros déchets, les gros objets avec une grille de 6 cm de carreau. A ce stade, on trouve des canettes, des objets en métal, du bois, du plastique, etc… !!!!!

P1100242

  • 2ème étape : Le relevage
    En montée des eaux, cela représente 18 mètres. L’eau va séjourner du bassin le plus haut au bassin le plus bas.

p1100246.jpg

  • 3ème étape : Le tamisage
    Ce procédé consiste à éliminer tous les petits déchets. A ce stade, on trouve des petites lingettes qui bouchent tout ! Le technicien de l’eau nous explique qu’il ne faut donc surtout pas mettre de lingettes dans les WC.

P1100251

  • 4ème étape : Le désablage
    Ce procédé consiste à débarrasser l’eau des sables et des graisses. L’importance du sable.

P1100257

  • 5ème étape : La décantation
    Ce procédé consiste à éliminer les mauvaises odeurs. L’air est aspiré dans des immenses colonnes appelées tours de lavage, puis rejeté dans l’atmosphère.

P1100250

  • 6ème étape : La décantation lamellaire
    Ce procédé consiste à laver le sable pour le recycler. C’est un système de douche qui nettoie les grains de sable. Ce sable est réutilisé pour les chantiers. Grâce à des alvéoles avec un système de toboggan.

P1100268

  • 7ème étape : L’aération
    Dans des bassins d’aération où il y a de l’air, le procédé consiste à mettre l’eau en contact avec des bactéries qui se multiplient et se nourrissent de la pollution. Elles forment des boues.

P1100274

  • 8ème étape : La clarification (l’eau claire)
    Dans des bassins de clarification, les boues lourdes se déposent au fond du bassin. L’eau de surface est dépolluée et rejetée dans le Rhône ou la Saône.

P1100217

  • 9ème étape : Séparer les boues
    Un épaississeur débarrassent les boues de leur eau. Elles passent dans un grand cylindre appelée la centrifugeuse qui tournent à 3000 tours minutes. On obtient une petite pâte marron.

p1100277-e1551783760781.jpg

  • 10ème étape : L’incinération : Brûler les boues
    Cette pâte est brûlée à 850 degrés dans de grands fours. La chaleur produite est récupérée comme moyen de chauffage pour la station. Les cendres restantes serviront pour la fabrication du ciment. Les fumées qui se sont dégagées sont dépoussiérés, lavées, filtrées.

Diaporama de quelques vues techniques

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A la fin de cette déambulation, les élèves ont regardé une vidéo sur le cycle de l’eau, le parcours de l’eau de 812 km du Rhône depuis les Alpes, sa source  jusqu’à la mer Méditerranée,  en expliquant que les villes nettoient l’eau car sinon, c’est la mer qui subit la pollution de l’eau.

p1100290.jpg

L’eau vient du sous-sol et de la nappe phréatique que l’on capte avec des réseaux complexes. Pour les différentes étapes de traitement des eaux usées dans la commune de Rillieux-la-Pape, il y a les stations de Fontaines/Saône et de Pierre Bénite. L’assainissement, c’est 3300 km d’égouts qui collectent et transportent les eaux usées.

P1100286P1100287

Aller plus loin :

https://www.grandlyon.com/fileadmin/user_upload/media/pdf/eau/assainissement/20150710_gl_assainissement_fiches-stations.pdf
https://www.pierrebenite.fr/ville/environnement/la-station-depuration/
Article rédigé par la documentaliste, Photos Mme Fontaine.

 

De loin, je vois

En classe d’Arts plastiques, avec leur professeure Mme Rufo-Pantaléoni, les élèves de 5ème3, 5ème2, 5ème6 ont réalisé une production individuelle.

Le projet

                                                                 Créer l’intérieur d’une boite à optique en partant de paysage ruraux ou d’images photographiques

⇒ Intérieure d’une boite à optique / Travailler en plan

Problématiques

  • Comment un espace bidimensionnel peut suggérer un espace en 3 dimensions ?
  • Comment jouer avec l’échelle ? Les superpositions ? Contrastes de couleur ? Les constructions ?
  • Comment photographier, comment cadrer, quels points de vue pour quels effets ?

Objectifs

Créer de la profondeur dans un espace bidimensionnel. Illusions de la profondeur et mise en place d’éléments créant une narration.

  • Comprendre que l’on peut créer de la profondeur de manières différentes :
    • Par une différence d’échelle entre les éléments constituant la scène
    • Par l’introduction d’un premier plan
    • Par la superposition de plans successifs
    • Par l’utilisation de contrastes et de l’atmosphère
    • Par la propriété qu’ont certaines couleurs « d’éloigner » ou de « rapprocher »
    • Par l’effet de perspective
  • Construire une narration en une image (photographie)

Les productions des élèves

 

p1100394.jpg

P1100388

P1100396

P1100386

p1100387.jpg

 

Ma passion, jouer au frisbee avec mon chien

20190108_190929Clara en classe de 6ème5 a été interviewée par Elyora en classe de 6ème5 sur le frisbee dog, une activité pour chien agile et maître joueur.

Une révélation de la complicité avec un animal.

Avec un chien qui a sa place à nos cotés, à qui on consacre du temps, pour des promenades qu’il fasse beau ou pas, mais aussi pour jouer avec lui, pour partager des moments de complicité et de tendresse dans les bons comme dans les mauvais moments de la vie… Et voir une vraie relation de complicité entre l’humain et le chien.

Elyora : J’ai appris que tu as une autre passion à part la lecture. Je suis impatiente de savoir ce que tu adores pratiquer ?

Clara : J’aime, non, j’adore m’amuser avec mon chien. Son nom, c’est Goonie.

Elyora : Tu as donc un chien ! Quelle est la race de ton chien ?

20190112_111552 Clara :  C’est un jack russel terrier. Il doit son nom au pasteur John Russell, surnommé « Jack », qui, pendant la deuxième moitié du 19e siècle, s’est fait connaître comme éleveur d’une des lignées de fox-terrier du Devonshire, en Angleterre. Il a 7 ans. C’est un chien de chasse de couleur marron et blanc, qualifié de moyenne taille. Il a un long museau et ses oreilles sont petites et repliés. Il me protège, moi et ma famille. C’est mon ami chien !

Elyora : Et quel est son caractère ? Est-ce qu’il aboie beaucoup ? Est-il gentil ?

Clara : Il est têtu et très très joueur. Il est aussi vif, éveillé et actif à l’expression  intelligente. Hardi et sans peur, avec une tranquille assurance. Et puis, il est trop gourmand ! Il adore les friandises et quand je n’ai pas fini mon assiette, c’est Goonie qui passe par là ! Il se met sous la table et donne des légers coups de museau pour avoir à manger. Il réclame, quoi !

Elyora : Que ressens-tu quand tu joues avec Goonie ?

20190115_122155

Clara : C’est un grand, énorme plaisir ! Je participe autant que lui au tour appris.

Elyora : Avec quoi et comment joues-tu avec Goonie ?

Clara : Je prends un frisbee ou une balle. C’est soit une balle avec des cordes, soit une balle de tennis, soit une balle en plastique. Le frisbee est un objet en forme de disque. C’est un disque qui vole en tournant sur lui même quand on le lance.

J’utilise un frisbee en plastique mou d’environ 20 cm. La couleur est toujours rouge pour qu’on puisse reconnaitre ses affaires aux nôtres.

Elyora : Pour ton chien Goonie, quel a été l’entraînement puisque les chiens ne savent pas instinctivement comment attraper un frisbee ?

Clara : Il faut donc que mon chien soit très obéissant et qu’il sache rapporter un objet.

Elyora : Une question sur le comportement de Goonie. Comment apprends-tu à ton chien à rapporter?

Clara : Au début, j’ai pris une friandise dans ma main pour qu’il vienne rapporter le frisbee. Au fur et à mesure du temps passé à l’exercer, Goonie a appris en quelques jours à comprendre ce jeu. C’est pratique et mon chien s’amuse ! C’est une grande complicité avec mon adorable chien ! Mais il est très malin, car parfois il ne me rapporte pas le frisbee juste pour me narguer.

________________________________________________

PresseMON DOSSIER D’INFORMATION 

Qu’est-ce que le frisbee dog ?

C’est un sport canin qui peut être pratiqué en loisir ou en compétition.

Il suffit juste de savoir le lancer correctement.

Pour le chien, il faut un entraînement spécial puisque les chiens ne savent pas instinctivement comment attraper un frisbee. Il faudra donc que le chien soit très obéissant et qu’il sache rapporter un objet.

Il faut utiliser un Frisbee adapté et spécialement conçus pour les chiens. Les frisbees pour homme sont trop rigides et peuvent blesser le chien. Les frisbee pour les chiens sont en plastique mou.

Il existe plusieurs tailles et des modèles de Frisbee très résistants. Chacune est adaptée à la taille du chien : petit pour les petits chiens, moyen pour les chiens de moyenne taille, etc.… Mais si vous utilisez un disque trop grand avec un petit chien, il peut se prendre les pattes dedans quand il le rapporte.

Vous pouvez aussi trouver des frisbees souples ou des frisbees plus rigides, les premiers étant recommandés pour les débutants.

Un frisbee doit être changé quand il est abîmé et fendu pour ne pas que le chien se blesse aux gencives.

Question comportement. Comment apprendre à votre chien à rapporter?

Il existe plusieurs étapes.

  • Il faut déterminer les mots que vous emploierez pour chacun des ordres que vous voulez lui enseigner : « donne » ou « lâche », « rapporte » ou « va chercher ». Ce sont ces mots que votre chien associera à chaque ordre, il est donc important de ne pas les changer.
  • Il faut choisir ensuite un objet que votre chien aime beaucoup :  une balle, un bâton, un jouet, une corde… Si votre chien ne réagit pas à l’objet choisi, prenez-en un autre.
  • Pour commencer, il faut préférez un endroit calme dans lequel votre chien ne sera pas distrait par un tiers ou des bruits. Ce peut être dans votre jardin ou un endroit tranquille. Ce n’est que lorsque votre chien aura bien compris l’exercice que vous pourrez aller dans un espace plus vaste.
  • Il faut faire très attention lorsque vous lancez l’objet car le chien ne regardera que le frisbee. Il ne regardera pas où il va courir et atterrir.
  • Il faut commencer à lancer le Frisbee doucement puis de plus en plus loin dès que votre chien sera habitué à l’exercice. Lancez votre objet non loin de vous en disant « rapporte » (ou le mot que vous avez choisi). Dés que votre chien tient l’objet dans sa gueule, dites-lui «  donne ».

Accompagnez cet ordre d’une friandise. Normalement, votre chien devrait lâcher son objet au profit de la friandise. Le but est qu’il comprenne que s’il lâche l’objet, il aura une récompense.

  • Dés qu’il a compris qu’il devait lâcher l’objet, envoyez l’objet de plus en plus loin, sans oublier de dire «  rapporte ». Vous ne donnez la friandise que si votre chien revient avec la balle et vous la donne.
  • S’il n’est plus réceptif, il est inutile d’insister. Contentez-vous d’arrêter et d’aller ailleurs. Il faut que votre chien comprenne que vous attendez de lui qu’il rapporte l’objet.
  • De même, si le chien court avec son objet. Il est inutile de lui emboîter le pas pour le récupérer. Les chiens adorent qu’on coure avec eux. Pour éviter qu’il aille trop loin, vous pouvez commencer l’apprentissage avec une laisse.
  • Dés que vous sentez que votre compagnon a bien intégré ces nouveaux ordres. vous pouvez arrêter de lui donner systématiquement une friandise. Vous pourrez même l’éliminer car rapporter un objet sera pour lui un jeu qu’il aimera partager avec vous.

Tous les chiens peuvent-ils pratiquer ce sport canin ?

Le frisbee peut être pratiqué par tous les chiens mais certaines races de chiens sont plus prédisposées que d’autres comme les malinois, les berger australien,  les jack russel ou les border collie qui sont des chiens très agiles et très souples.

Comment apprendre le frisbee à votre chien ?

Ce sport doit être pratiqué quand la croissance de votre chien est terminée. En effet, les chiens qui pratiquent cette discipline font des sauts assez impressionnants qui pourraient être néfastes pour les plus jeunes.

Cette activité est très physique, il faut donc que votre chien soit bien échauffé avant chaque entraînement et également qu’il n’ait pas de problèmes de dos et d’articulations.

Un frisbee ne doit pas être lancé de face car le chien aura du mal à l’attraper. Il faut que le frisbee parte avant votre chien. Il doit le poursuivre avant de l’attraper au vol.

Pour que votre chien réussisse à attraper le frisbee, il faut d’abord l’habituer à l’objet.

Les chiens ont plus de facilités à attraper des balles. Pour éviter toute démotivation de la part de votre toutou, il vaut mieux y aller par étapes :

  • Il faut lui faire découvrir son nouveau jouet : en feignant de le lancer ou en jouant au mordant avec lui. C’est à dire que vous allez tirer le frisbee quand votre chien le tiendra dans la gueule.
  • Le roller : Faites rouler le disque sur la tranche pour que votre chien puisse l’attraper facilement.
  • Commencez par des lancers courts. Puis quand votre chien est en confiance, lancez le frisbee plus loin. Mais faites attention que ces lancers soient bien adaptés aux capacités de votre chien. Ne lancez pas trop loin, vous risqueriez de le démotiver.
  • Pour lui apprendre à attraper en sautant, il suffit de lancer l’objet au dessus de sa tête.

Il est important, lors de l’apprentissage du frisbee, de toujours bien féliciter votre chien avec des friandises, des mots et des caresses.

Si vous désirez vous faire aider dans cet apprentissage, vous pouvez aussi le pratiquer dans un club canin.

Le frisbee en compétition

Ce sport se pratique aussi en compétition. Il existe quatre épreuves de frisbee :

  • L’aller retour : sur un terrain rectangulaire, le chien doit attraper et rapporter le frisbee le plus rapidement possible. Il doit effectuer le plus grand nombre d’allers retours sur un temps défini.
  • Le cercle : le terrain, en forme de cercle, est partagé en plusieurs parties circulaires. Le chien se trouve au centre. Les points sont attribués en fonction de l’endroit où le frisbee a été réceptionné.
  • Le freestyle : c’est un enchaînement libre avec le frisbee. Le chien présente différentes figures pendant un temps donné. Cette succession de gestes peut s’effectuer en musique ou en costume…
  • La longue distance : les concurrents ont droit à quatre lancers. Pour la note, on retiendra le lancer le plus long.

 

– Voir l’article du journal Le Progrès 

Le frisbee dog pour chien agile et maitre joueur  https://www.leprogres.fr/rhone/2015/01/15/le-frisbee-dog-pour-chien-agile-et-maitre-joueur

– Voir des vidéos « Comment jouer au frisbee avec son chien »

Sur le site Jeduquemonchien.fr : guide pratique pour les propriétaires de chiens  http://www.jeduquemonchien.fr/questions/comment-jouer-au-frisbee-avec-son-chien.html

 

 

Lecture théâtralisée en classe de 6ème

Une rencontre émouvante entre la lecture et le théâtre avec deux comédiens, Frank et Fabrice Taponard, de la Compagnie du Pêcheur. Des textes en spectacle vivant, à l’heure du conte.

p1100339

Le Vendredi 18 Janvier 2019, les élèves de Sixième ont suivi les comédiens dans les classes de français, en présence des professeures, Mme Carré, Mme Tinneberg et Mme Bonal. Une invitation de la petite troupe qui vous emmène dans la vie et l’univers d’un conteur rêveur pour partager un moment chaleureux.

Une découverte de l’univers traditionnel du conte africain,  moyen de transmission entre les générations, et mise en pratique par une lecture théâtralisée de deux contes d’Amadou Hampâté Bâ :

Le premier :  » Il n’y a pas de petite querelle « 

Le second :   » L’homme et le crocodile « 

il n'y a pas de petites querelles

Le livre

Frank Taponard a présenté ces contes traditionnels du Mali, pour « ceux dont l’esprit a mûri ». La tradition africaine les nomme « les mentons velus et les talons rugueux », des enseignements cachés derrière les mots.

p1100340Ces contes réalistes dépeignent les tares des hommes.

Seul le langage des animaux s’apparente au merveilleux, le reste est parabole (métaphore) de la réalité africaine.

p1100341
Le conte « L’Homme et le crocodile » présente une leçon sur l’ingratitude d’un homme aidé par un lièvre pour la capture d’un crocodile, un homme ingrat qui veut la mort du lièvre pour guérir son enfant.
« Chaque fois que l’on entend une discussion ou une querelle, c’est qu’un bienfait a été payé en mal. (…) C’est que l’auteur du bienfait ne s’est pas mis suffisamment en garde. »

p1100342.jpg

Le conte  » Il n’y a pas de petite querelle » présente une leçon sur  les petits conflits qu’il ne faut pas négliger, sinon ils deviennent des guerres et tout le monde en souffre.

« il n’y a pas de petite querelle, comme il n’y a pas de petit incendie ».

 

« Un conte, c’est le message d’hier transmis à demain à travers aujourd’hui ».
Les contes sont les paroles vivantes qui viennent de nos ancêtres par l’intermédiaire du chant, des images et des symboles.

Impressions d’élèves

Questions à Chama, 6ème3 

Q. : Quels sont les animaux qui apparaissent dans le premier conte ?
Chama : Dans le premier conte, il y a comme animal : le bouc, le cheval, le bœuf, le lézard, le chien,  le coq. Pas de gazelle, pourtant c’est l’animal emblématique de la savane.
Q. :  Et dans le deuxième conte ?
Chama : Un crocodile, un âne, une jument et un lièvre.
Q. : A ton avis, pourquoi l’auteur fait parler les animaux ?
Chama : Parce que ce sont des fables, comme avec Jean de La Fontaine, qui mettent en scène des animaux ridiculisant les traits de caractère humains.
Q. : Veux-tu donner un petit résumé de ce conte africain « Il n’y a pas de petite querelle »?
Chama : Cela se passe dans un village où vit un homme avec sa vieille maman. Un chien est chargé de veiller sur elle car l’homme a dû quitter le village. Un matin, le chien entend un drôle de bruit dans la case : ce sont deux lézards qui se disputent le cadavre d’une mouche sur le toit de la case. Le chien ne peut intervenir car il ne peut quitter sa place. Il appelle à l’aide le coq, qui méprise sa demande. Il rencontre le bouc, le cheval et le bœuf. Tous répondent la même chose : cela n’a pas d’intérêt et cela leur faire perdre leur temps. Le chien leur dit pourtant : « il n’y a pas de petite querelle, comme il n’y a pas de petit incendie » …….
Mais les lézards continuent de se battre, et l’un des deux tombe sur la lampe à huile. ce qui met le feu au lit de la veille maman.
Q. : As-tu trouvé le moment divertissant ou autre ?
Chama : Extra !
______________________________________________________
______________________________________________________
p1100370.jpg    Questions à Taha, 6ème2
Q. : Qu’as-tu retenu de cette lecture ?
Taha : Les comédiens étaient  dans la même situation que dans un théâtre. J’ai bien écouté.
Dans la 1ère histoire, le chien avait dit à tous les autres animaux de s’occuper des 2 lézards qui se battaient pour une mouche. Aucun animal n’a voulu aider le chien. A la fin, tous les animaux sont morts, car ils sont soit mangés (le coq), soit épuisés de fatigue (le cheval) à cause de 2 lézards !
Q. : A ton avis, qu’est ce que l’auteur de ce conte a voulu faire passer, qu’a-t-il voulu dire ?
Taha : L’écrivain qui vient du Mali nous donne des conseils; C’est une sorte de sagesse africaine :
– Il ne faut pas oublier que les petits incidents peuvent devenir graves.
– Il faut écouter les autres pour les aider
Q. Est-ce que cela t’a plu ?
Taha : Oui bien sur ! Les comédiens racontaient très bien. C’était agréable.  Le conte semblait vrai ! Enfin, pas totalement car les animaux ne parlent pas mais ce qui s’est passé aurait pu arriver dans la vie !

 

POUR ALLER PLUS LOIN :

Voir le Blog Nador Culture : Page Conte africain « il n’y pas de petite querelle…- D’après Amadou Hampate Ba, grand prix littéraire d’Afrique noire.

La fille du pêcheur – Compagnie théâtrale 
Le Tapis volant, 16, avenue des Nations 69140 Rillieux-la-Pape                                            Voir le site : Cie La fille du pêcheur

Masque et culture africaine – Arts premiers avec les Sixièmes

 

Réalisation de masques liés aux Arts premiers qui ont alimenté les avant-garde artistiques du début du XXème siècle ( fauvisme, cubisme, expressionnisme, … ) par des formes, des couleurs, des motifs sur du papier Canson puis peints.

Une dimension cultuelle des masques  – la magie, le surnaturel –

Demande de Mme Rufo-Pantaléoni pour commencer le travail artistique : « Avec une feuille 24×32 et divers matériaux, créer un masque qui donne au visage un air étrange, surnaturel, magique ».

LES REALISATIONS DES ELEVES

Ces travaux sont en exposition au CDI.

 

Personnages fantastiques

En cours d’Arts plastiques, les élèves de 5ème de la classe de Mme Rufo-Pantaléoni ont eu comme consigne :

  1.  En vous inspirant de personnages de films, d’images de bandes dessinées, de mangas ou d’œuvres vues en classe, vous imaginerez un personnage fantastique.

  2. Il pourra être merveilleux, futuriste ou effrayant. Hybride, extra-terrestre, fantôme … Peu importe  ! Pourvu qu’il est de loin une silhouette humaine…

Il sera le Héros de votre film d’animation ….

 

Les productions des élèves