L’art abstrait et ses sensations

Les élèves de 6ème2 présentent un projet en Arts plastiques avec la classe de Mme Rufo-Pantaléoni, sur le thème de l’art abstrait et ses sensations.

Composition, Organisation

4 février 2019 Géocomposition
Il a été demandé aux élèves de réaliser des formes géométriques sur un support A4. Ces formes ont été colorées avec les couleurs primaires et secondaires (feutres, crayon de couleur ou peinture au choix).
Préparation technique
‘’Remplir une feuille de dessin de formes géométriques simples et colorées (triangles/carrés/cercles) de couleurs primaires, secondaires ou tertiaires.’’ Minimum 10 formes.
Sur une deuxième feuille divisée en deux parties, vous peindrez deux fonds en utilisant une des couleurs des formes.’’
Une fois que vous aurez tiré au sort votre couple vous essaierez de composer sur votre support en fonction de votre couple en envahissez vos deux fonds de manière à provoquer chez le spectateur les sensations correspondantes. Restez, sortez du support, superposez, accrochez, collez, suspendez, à vous de voir…
11 février 2019 Géocomposition
Les formes ont été découpées et en binôme, les élèves ont commencé à travailler sur le groupe de mots tiré au sort.
Projet : feuilles peintes (format A4) avec les couleurs primaires et secondaires de différentes façons : empâtement, aplat, transparence, touches visibles, dégradés, tâches, etc.
Redécoupées en forme géométriques et assemblées pour créer des sensations de : mouvement / équilibre/ Déséquilibre/ Organisation, etc.
Problématique
– Comment les couleurs, les formes – qui occupent l’espace – et les effets produits par leur manipulation peuvent créer un sens ou une sensation ?
– Comment faire la différence entre la figuration et l’abstraction ?
– Comment aider les élèves à appréhender l’occupation de l’espace littéral sans référent réel.
– Comment s’affranchir de l’imitation /du réalisme ?
4 mars 2019 Géocomposition
Les élèves ont commencé à rassembler leurs formes sur un même support. Ils essaient de rendre compte du mot tiré au sort (équilibre, organisation, etc).
Questionnements du programme : La matérialité de l’œuvre
La transformation de la matière. Les qualités physiques des matériaux.  La matérialité et la qualité de la couleur.
Objectifs
– Utiliser le bon vocabulaire.
– Comprendre la différence entre la figuration et l’abstraction.
– Revoir la base des mélanges en couleur/ Savoir exploiter la matière et ses effets pour créer une image/ Exploiter l‘espace du support / Organiser des formes / Observer et identifier le sens produit par l’organisation des formes.
11 mars 2019 Références
KUPKA : Autour d’un point 1911/30
TAUBER ARP Sophie :Tapisserie Dada, Composition à triangles, rectangles. 1916
DELAUNAYSonia : ‘’Automne’’ 1965, Lithographie
Kandinsky : ‘’Composition VI’’ 1913.
KLEEPaul : Rhythmisches (En rythme, Rhyth-misches) 1930 Theo Van Doesburg. Compositie XIII. 1918
MONDRIAN : ‘’Composition A’’ 1923.
MONDRIAN Piet : Broadway Boogie Woogie, 1942-1943, huile/toile
MALEVITCH : ‘’Sopremus n°58’’ 1916.
NEWMAN Barnett, Onement I (1948)
CALDER : ‘’Untitled’’ 1963.
MIRO : ‘’Bleu I, II, III’’ 1961.
Ward DUCK : ‘’pression’’ 2011.
POLLOCKJackon : Number One 1950
Mark ROTHKO : Untitled,1969
Compétences
Expérimenter, produire, créer :
A1- Choisir des moyens plastiques en fonction de leurs effets pour exprimer son intention
Mettre en œuvre un projet artistique :
B3- Savoir se repérer dans les étapes de la réalisation d’une production plastique et en anticiper les difficultés éventuelles
Se repérer dans les domaines liés aux arts-plastiques, être sensible aux questions de l’art.
D3- Proposer et soutenir l’analyse et l’interprétation d’une œuvre.
18 mars 2019 Géocomposition
Dernière séance sur le travail de formes géométriques. Les élèves ont essayé de rendre  compte d’une sensation au choix : organisation, chaos, équilibre, déséquilibre, apesanteur, gravité, etc.
Compétences
A. Exprimer, conduire, créer
A1. Choisir, organiser et mobiliser des gestes, des outils et des matériaux en fonction des effets qu’ils produisent.
A2. Représenter le monde environnant ou donner forme à son imaginaire en explorant divers domaines (dessin, collage, modelage, sculpture, photographie, vidéo…).
B. Mettre en œuvre un projet
B2.  Se repérer dans les étapes de la réalisation d’une production plastique individuelle ou collective, anticiper les difficultés éventuelles.

 

DONNER UNE SENSATION AU SPECTATEUR

carte couleur réalisationCarte Art abstrait et sensations 6e2 Mme RufoFlèche rouge

 

 

Publicités

Les machines infernales

Massil 5E6   Images mises en ligne par Massil, 5ème6

            Une quatrième et nouvelle séquence, s’ouvre en Janvier 2019 pour les élèves de 5ème en classe d’Arts Plastiques avec Mme Rufo-Pantaléoni :

 » L’Art et la Machine « …

Les artistes ont souvent été de grands observateurs du monde dans lequel ils évoluaient et ils ont souvent contribué à les faire progresser… Y parviendrons-nous, nous aussi ???

Questionnements du programme : L’objet et l’œuvre
L’objet comme matériau en art : La transformation, les détournements des objets dans une intention artistique ; la sublimation, la citation, les effets de décontextualisation et de recontextualisation des objets dans une démarche artistique.

Proposition de travail :
‘’Vous êtes un savant fou et vous êtes en train de mettre au point une machine   complexe.’’
Choisir, découper dans le magazine des fragments d’images ou d’objets et les assembler afin de créer une machine complexe (elle sera composée d’au minimum 10 morceaux, choisis pour leur forme et leur couleur).
Attention aux dimensions, elle devra remplir presque entièrement le support.

’’Essayez de me vendre votre machine en imaginant une fonction inutile et un slogan’’

 

LES PRODUCTIONS

A l'exposition

A l’exposition

Images mises en ligne par Massil, 5ème6

 

Les machines infernales - Les élèves de 5ème

Les machines infernales – Les élèves de 5ème

Machines infernales - Elèves de 5ème

Les machines infernales – Les élèves de 5ème

Les machines infernales - Les élèves de 5ème

Les machines infernales – Les élèves de 5ème

Les machines infernales - Les élèves de 5ème

Les machines infernales – Les élèves de 5ème

Les machines infernales - Les élèves de 5ème

Les machines infernales – Les élèves de 5ème

Les machines infernales - Les élèves de 5ème

Les machines infernales – Les élèves de 5ème

Les machines infernales - Les élèves de 5ème

Les machines infernales – Les élèves de 5ème

Les machines infernales - Les élèves de 5ème

Les machines infernales – Les élèves de 5ème

De loin, je vois

En classe d’Arts plastiques, avec leur professeure Mme Rufo-Pantaléoni, les élèves de 5ème3, 5ème2, 5ème6 ont réalisé une production individuelle.

Le projet

                                                                 Créer l’intérieur d’une boite à optique en partant de paysage ruraux ou d’images photographiques

⇒ Intérieure d’une boite à optique / Travailler en plan

Problématiques

  • Comment un espace bidimensionnel peut suggérer un espace en 3 dimensions ?
  • Comment jouer avec l’échelle ? Les superpositions ? Contrastes de couleur ? Les constructions ?
  • Comment photographier, comment cadrer, quels points de vue pour quels effets ?

Objectifs

Créer de la profondeur dans un espace bidimensionnel. Illusions de la profondeur et mise en place d’éléments créant une narration.

  • Comprendre que l’on peut créer de la profondeur de manières différentes :
    • Par une différence d’échelle entre les éléments constituant la scène
    • Par l’introduction d’un premier plan
    • Par la superposition de plans successifs
    • Par l’utilisation de contrastes et de l’atmosphère
    • Par la propriété qu’ont certaines couleurs « d’éloigner » ou de « rapprocher »
    • Par l’effet de perspective
  • Construire une narration en une image (photographie)

Les productions des élèves

 

p1100394.jpg

P1100388

P1100396

P1100386

p1100387.jpg

 

Masque et culture africaine – Arts premiers avec les Cinquièmes

 

Réalisation de masques liés aux Arts premiers qui ont alimenté les avant-garde artistiques du début du XXème siècle ( fauvisme, cubisme, expressionnisme, … ) par des formes, des couleurs, des motifs sur du papier Canson puis peints.

Une dimension cultuelle des masques  – la magie, le surnaturel –

Demande de Mme Rufo-Pantaléoni pour commencer le travail artistique : « Avec une feuille 24×32 et divers matériaux, créer un masque qui donne au visage un air étrange, surnaturel, magique ».

LES REALISATIONS DES ELEVES

Ces travaux sont en exposition au CDI.

 

Personnages fantastiques

En cours d’Arts plastiques, les élèves de 5ème de la classe de Mme Rufo-Pantaléoni ont eu comme consigne :

  1.  En vous inspirant de personnages de films, d’images de bandes dessinées, de mangas ou d’œuvres vues en classe, vous imaginerez un personnage fantastique.

  2. Il pourra être merveilleux, futuriste ou effrayant. Hybride, extra-terrestre, fantôme … Peu importe  ! Pourvu qu’il est de loin une silhouette humaine…

Il sera le Héros de votre film d’animation ….

 

Les productions des élèves

A quoi je ressemble ?

Une séquence de cours d’Arts plastiques au collège a eu lieu avec la classe de Mme Rufo-Pantaleoni dont le but et l’objectif  est de mettre en situation les élèves de 3ème.

Problématique

  • Comment construire/imaginer un référent grâce à des fragments ? (Formes, couleurs, échelles, etc…)
  • Comment intégrer ou pas le détail (fragment) dans sa représentation ?
  • En quoi le fragment peut-il influencer la mise en espace de la figure sur le support ? Doit-on s’en imprégner ou s’en affranchir

 

PRÉSENTATION DES TRAVAUX

p1100145.jpg   p1100142

p1100141.jpg   p1100140.jpg

p1100134  p1100135.jpg

p1100138.jpg  p1100146.jpg

p1100144.jpg    p1100139

p1100137  p1100136

p1100143.jpg

 

Les planches de dessins du crâne posé sur la table

p1100326

La mission des élèves de 4ème2 demandée par leur professeure, Mme Rufo-Pantaléoni

Dessiner le plus fidèlement possible un crâne posé sur une table dans la salle d’Arts plastiques.

Contraintes :

  • Dessin au crayon à papier
  • Donner du volume ( le modelé : valeurs et ombres )
  • Grand format : utiliser le format en entier, ne pas réaliser un petit dessin

Les productions des élèves

Planches

p1100316   p1100320

p1100318  p1100319

p1100321 p1100322

p1100323.jpg  p1100324

 

 

 

Le Bestiaire imaginaire

 

A l’Institut du Collège Paul-Emile Victor

Sur l’île mystérieuse de Rillieux-la-Pape, avec leur professeure d’Arts plastiques, Mme Rufo-Pantaléoni, les élèves et chercheurs de 5ème, ont découvert d’étranges créatures …

p1100154

p1100154 Images, réalité et fiction : La ressemblance, le rapport au réel, valeur expressive de l’écart

Problématique :

  • Comment dessiner une image en partant d’un fragment du réel
  • Comment dessiner, à partir de plusieurs morceaux, une créature qui soit cohérente

Objectifs :

  • Évaluation de la maitrise du dessin et du coloriage
  • Capacité à créer une image cohérente (hybride)

LES PRODUCTIONS DES ÉLÈVES

Panorama

p1100160

p1100159.jpg

Détails : quelques étranges créatures

p1100158

p1100157.jpg

p1100156.jpg

p1100155.jpg

Les Sixièmes au MAC Lyon

Rétrospective Bernar Venet  2019-1959

p1100126 Une expérience visuelle plastique qui propose un gigantisme d’œuvres artistiques avec leurs lignes de force, leurs tensions, comme la résolution d’un déséquilibre, d’un vertige de l’espace ……

 

p1100130Jeudi 22 Novembre 2018, dans le cadre des enseignements artistiques du collège, les élèves d’une classe de  Sixième sont partis visiter, avec leur professeure d’Arts plastiques, Mme Oracz, la rétrospective Bernar Venet proposée par le Musée d’Art contemporain de Lyon. Elle retrace, sur 60 années de création, la carrière d’un des pionniers de l’art conceptuel et de l’art minimal en France.

 

A l’entrée du musée, une guide a sensibilisé et informé les élèves sur les œuvres d’art, plus de 170 œuvres, qui sont exposées dans le musée, avec des commentaires, des anecdotes pour illustrer ses propos sur la vie de l’artiste. Pour tenir son auditoire en haleine, la guide a posé des questions aux élèves sur « ce qu’ils voient ».

Les élèves découvrent une première œuvre sur laquelle, c’est lui, l’artiste Bernar Venet. Il a demandé à un ami de le prendre en photo. Il a alors 20 ans dans les années 1960.

Tout le groupe traverse un immense rideau de plastique, imprimé noir et blanc  en transparence et pénètre dans le musée pour rentrer dans l’univers de l’artiste. « Que représente cette photo ? « . Les élèves décrivent :  » Il est de face. Il tient une règle. C’est un outil qu’il utilise pour regarder une ligne imaginaire. Le rideau est grand car il mesure 5m sur 7 ! Il veut que cela soit spectaculaire.  »

p1100129

Bernar Venet est né en 1941. A ce jour, il a 77 ans. Photo Mme Fontaine

p1100131

 

Les élèves commencent le parcours du musée. Arrêt devant une immense photographie couleur murale.

 

 » Avez-vous deviné où il fait son travail ? « . Il travaille dans une usine, car c’est un grand espace où il utilise le fer. Et  » Que fait-il ? « . Il fait des formes. Il soude mais avec de grosses machines. L’artiste présente le poids de son travail : une matière très dense et très lourde.

L’objet n’est pas la fin mais la matière de l’Art.

Au 1e étage, entrée dans une salle où les sculptures sont de dimension XXL.

Question pertinente d’une élève :  » Comment ces œuvres/objets très lourds et volumineux arrivent-elles au musée ? «  . Toutes ces créations sont montées avec des machines et ascenseurs spéciaux, sur une énorme plateforme ! L’accrochage se fait sur 3 ou 4 semaines.  » Dans cette salle, il y a 70 tonnes de sculpture « , c’est très difficile à manipuler.

bernar venet gribouillon mac

 » Qu’essaie-t-il de faire avec ses formes ? « . C’est une forme de signature. Des « gribouillis » initialement dessinés qu’il reproduit en pièces de métal de grande échelle, ses « gribs ». Il y a des trous sur une ligne continue, des spirales ou des surfaces indéterminées.

formes acier gribs bernar venet mac mme orcaz

Des élèves devant un  » gribs  » de Bernar Venet. Photo Mme Oracz

 

 

L’ordre est ainsi symbolisé par la figure récurrente de la ligne, qu’il explore dans toutes ses formes et déformations.

 

 

 

Trois variations de ligne – droite, courbe et ligne brisée -.

« La ligne indéterminée  » qui se libère de la contrainte géométrique et n’est plus déterminée mathématiquement. La réalisation des surfaces indéterminées est en acier ciré oxycoupé, un type d’acier corten qui reçoit un traitement au chrome, au nickel et au cuivre afin que sa rouille soit d’une couleur intense.

formes acier bernar venet

Sculpture Courbes acier – Photo Mme Oracz

Observation des élèves : Au centre de la pièce, une œuvre de 10 tonnes : des morceaux découpés sans attache qui sont en équilibre. Il y a des plis comme des modules, des jeux de construction,  » comme d’énormes carambars  » indique un élève.
bernar venet

Là où les structures ont glissé …..

bernar venet glissement

ligne qui tombeOu faire tomber les lignes.

 

Les élèves évoquent : DÉSORDRE / INSTABILITÉ-RUPTURE / DÉVIANCE / INCERTITUDE / CHAOS

Le résultat n’est jamais le même …. C’est le fruit du hasard. Il y a du suspense. C’est une SCULPTURE aléatoire.

Opposer géométrie et désordre, déterminé et indéterminé.

bernar venet positiond_uneligne indéterminéeLa position d’une ligne indéterminée.

Elle dépend du hasard, de l’imprévu, de l’indéterminé. Une structure en bois peint. C’est l’artiste qui fabrique sa propre peinture. C’est plus léger.

 

 

 

LA LIGNE DROITE / LA LIGNE OBJET / LA LIGNE INSTRUMENT / LA TRACE DE LA LIGNE comme mémoire tangible du geste pictural.
formes horizontales bernar venet mac mme orcaz

La trace de la ligne. Photo Mme Oracz

bernar venet la trace comme memoire trangible

 

Ces œuvres permettent de repérer le geste.

 

 

bernar venet angle aigu 40,5

 

Cette œuvre définit la position de 2 angles aigus de 40,5° chacun.

 

 

 Au 3e étage (1965-1959), les origines, la genèse. Sous d’autres formes, la ligne, la matière, le concept et le refus du figuratif. Les élèves voient un support inattendu. Ce n’est pas de la peinture, c’est du goudron. Pour faire une œuvre, l’artiste veut utiliser une matière que tout le monde connait.

Œuvre de 1963 – Goudrons
bernar-venet-peinture-goudron.jpg  ONDULATION / PLI / VAGUE sur la toile

 » Comment a-t-il fait ?  » Bernar Venet a mis la toile à plat, il a étalé d’une couche épaisse de cette matière, le goudron puis il a utilisé la gravité, favorisant les coulures à la faveur de la position verticale des tableaux. La matière et la texture évoluent en fonction de la température » .

Les élèves ont vu une dernière œuvre

forme charbon bernar venet mac mme orcaz

 » Que remarquez-vous ? « . Deux élèves répondent : « C’est comme du charbon. Ça brille ! ». Ce sont des sédiments, éléments naturels. C’est ce qui vient de la mine, du sol. La couleur brillante est rendue par un pistolet à peinture. Les morceaux sont disposés aléatoirement.

bernar venet charbon

Le commentaire d’Elyora, 6ème5 sur sa visite au Musée d’Art Contemporain

 » C’est incroyable qu’il y ait des objets aussi lourds qui tiennent sur un parquet. J’avais peur que le parquet s’écroule à cause de la charge démentielle dessus. Des tonnes d’acier !

Ce qui était bien, ce que j’ai aimé, c’est le rideau sur lequel il y avait l’œuvre. C’est original et surprenant de traverser le rideau avec un personnage dessus et c’est l’artiste Bernar Venet.

C’était la première fois que je voyais des sculptures aussi volumineuses. Je suis pourtant déjà allée dans un musée, mais il n’ y avait pas ce genre d’œuvre. Ce n’est pas commun. Extraordinaire que Bernar Venet fabrique ses créations artuistiques avec des éléments de chantier. Pour moi, c’est ça, l’art contemporain !  »

AU FINAL,

Des temps forts. Tous ont admiré les performances de l’artiste dans la répartition des salles, avec des pièces artistiques majeures. Éblouissant, inédit et exceptionnel. 

Voir la vidéo :

Source image : Blog autour de l’art Sculpturenature.com / Contributeurs https://www.sculpturenature.com/bernar-venet-expo-sculpture-mac-lyon/