Yasmine et les autres, reporters junior en atelier de journalisme

Les élèves de la WEB TV de l’Atelier numérique des Centres Sociaux de Rillieux-la-Pape découvrent les institutions de la République, dans le cadre d’un parcours citoyenneté.

 

yasmineYasmine, élève de la classe de 4ème3, découvre comment se construit une information en ateliers de journalisme avec prise de vue, montage et des cours qui expliquent comment réaliser des reportages vidéos.

             Aux Clics Citoyens

       Making of de l’interview exclusive du maire de Rillieux-la-Pape

Dans le cadre d’un parcours citoyenneté, les jeunes de la Web TV des Centres Sociaux de Rillieux, ont interviewé Alexandre Vincendet, le maire de Ville de Rillieux-la-Pape, pour mieux comprendre son rôle de « chef d’orchestre » au sein de la commune. Un vrai travail journalistique a été fait par nos apprentis-journalistes, de la préparation du sujet à sa diffusion sur Internet, en passant par le tournage et le montage.

Plus d’info sur la page Facebook : https://www.facebook.com/WebTVRillieux/

Teaser WEB TV

Nos élèves, élus du CME

Des idées plein le cartable !

CME RILLIEUX 2019

CONSEIL MUNICIPAL DES ENFANTS (CME) –  rillieuxlapape.fr

 

Plusieurs élèves de notre collège Paul Emile Victor participent cette année au Conseil Municipal Enfant.

Leurs actions durant leur mandat en commission de travail 

  • des actions de solidarité avec les personnes âgées
  • des actions de solidarité avec les personnes porteuses d’un handicap
  • des actions de protection animalière,
  • des actions d’amélioration de la Ville

Les années précédentes, des exemples d’actions réalisées

  • Réalisation d’une fresque murale sur le mur de l’Olympique Rillieux
  •  Récolte de bouchons pour l’association Handi chiens
  •  Organisation d’un tournoi d’E-Sport pour collecter des fonds pour Natitingou (ville du Bénin jumelée avec Rillieux-la-Pape)

VOIR : CONSEIL MUNICIPAL DES ENFANTS (CME) – Rillieux la Pape https://www.rillieuxlapape.fr/mairie/conseil-municipal-des-enfants-cme-148.html

interview image

cme-rillieux-2019-1-e1576408788613.jpg

MATTEO 3ème

Mattéo, 3°5 – 14 ans 

Quel a été ton engagement et ta participation pour améliorer la Ville ?                                                                                             Mattéo : L’an dernier, en 2018-2019, je me suis engagé au Conseil Municipal des Enfants. Avec le groupe du CME, j’ai participé à la plantation d’arbres au centre aéré des Lones. C’est la nature sur six hectares de verdure, avec une ferme pédagogique que l’on peut visiter.  En Novembre 2017, il y avait eu une tempête qui avait déraciné beaucoup d’arbres. J’ai voulu, dans un esprit d’écologie, de partage et de coopération, permettre aussi, de refaire une partie de l’espace forestier comme un lieu de vie.

Voir l’article du Progrès : 16 arbres déracinés en quelques minutes au centre aéré des Lônes, 14 Novembre 2017

En savoir plus : LE CENTRE AÉRÉ DES LÔNES (4-13 ANS)

Localisation des Lones

Localisation des Lones

Yacine, 5ème 2 – 13 ans

Tu t’es engagé pour quelles raisons ?

Yacine : J’avais envie d’apporter mon aide à la Ville. Car je veux soutenir les bonnes causes dans le domaine de l’Environnement, et aussi lors des échanges avec la Ville de Natitingou située au nord-ouest du Bénin et jumelée avec notre commune. Pour mieux connaitre notre jumelage, clique sur le lien  » Bénin : Natitingou  » 

https://www.rillieuxlapape.fr/action-internationale/benin-natitingou-407.html

Quelles sont tes idées pour aider les jeunes citoyens de la Ville et les échanges ?

Yacine : Je veux rencontrer les élèves diabétiques des élèves et du collège. Je vais faire le lien avec la directrice de chaque école dans laquelle j’interviens. Dans cette intervention, je pose des questions aux èlèves en leur demandant comment ils s’intègrent avec leur diabète, les rassurer, leur faire part de mon expérience. Je souhaite me lier d’amitié avec ces jeunes.

Quelles sont tes idées pour les échanges avec Natitingou ?

Yacine : Avec le CME, nous allons envoyer du matériel scolaire aux élèves et les aider à avoir de l’eau potable. Récolter de l’argent pour fabriquer un système d’accès à  l’eau potable pour les citoyens de Natitingou.

 

– Que souhaiterais-tu améliorer ?

– Aimes-tu prendre des décisions ?

– Que veux dire pour toi la démocratie paticipative ?

cme-rillieux-2019-3-e1576409126543.jpg Adam, 4ème 2 – 13 ans

Tu t’es engagé pour quelles raisons ?

Adam : Je me suis engagé durant l’année 2017-2018. J’étais alors en 6ème. J’ai voulu connaitre les actions à réaliser dans la commune pour un jeune. Je voulais aussi savoir ce qui se passe dans un conseil municipal avec le maire et ses adjoints.

Quelles ont été tes idées pour améliorer la Ville ?

Adam : Quand je suis dans la rue, il y a beaucoup de déjections de chien. Pour moi, c’est un manque de civisme de la part des propriétaires de chien car c’est répugnant et c’est plein de microbes. Les piétons risquent aussi de glisser et de tomber. Aussi, pour essayer de trouver une solution, je voulais faciliter la création de toilettes pour chien !

C’est à dire ?

Adam : Mon idée, c’est de trouver un endroit avec un terrain en terre et d’installer autour des grilles, avec un panneau de signalisation à l’attention des propriétaire de chiens pour que la Ville soit plus propre que l’on est jamais vu auparavant !

Comment cela s’est passé ?

Adam : Dans la salle de conseil de la mairie, tous les jeunes élus étaient ensemble avec leurs parents devenus « spectateurs » avec deux animateurs de la Ville de Rillieux et le principal de mon collège. Sur une feuille, j’ai écrit mon opinion pour améliorer la Ville et la rendre plus propre. Les animateurs ont trouvé mon idée géniale ! Par contre, je n’ai pas su si cela s’est réalisé….

 

CME 2019-2020 kAILYS 6°2 AVEC LE MAIRE DE RILLIEUX Kailys, 6ème 2 – 11 ans

Tu t’es engagé pour quelles raisons ?

Kailys : Cette année, je me suis engagée car cela m’intéressait d’envisager des projets urbains por l’espace de la Ville, et aussi aider des personnes qui vivent difficilement. Par exemple, ceux qui n’ont pas assez à manger ou à boire, qui n’ont pas de quoi se loger.

Quelles sont tes idées pour améliorer la Ville ?

Kailys : Ce serait de mettre en place plus d’espaces verts parce que je pense qu’il faut un peu plus de nature, des arbres, des fleurs, de l’herbe, beaucoup d’herbe. J’aimerai aussi être présente dans les distributions de kit alimentaire dans un esprit de partage. Ce mot est pour moi très important, c’est s’entraider. Tout le monde est là pour l’autre ! 

Aimes-tu prendre des décisions ?

Kailys : Oui, car je peux ainsi m’exprimer et donner ma parole pour envisager des actions publiques qui vont servir à tous le monde, petits et grands !

Ikram, UPE2A 5ème 5 – 13 ans

Tu t’es engagé pour quelles raisons ?

Ikram : Je me suis engagée car c’est important pour moi d’aider les autres. A mon niveau, je me suis aperçu qu’il y a beaucoup de gens qui sont seuls pour arriver à vivre et qui sont en difficulté.

 

 

Et aussi Logan 5°1, Inès 4°5, Ilian 6°4 – 11 ans

Félicitations pour leur engagement solidaire, qui s’inscrit dans la démarche de développement durable du collège

Notre secrétaire part à la retraite

poisson-rouge avec noms

 

interview image       Nous avons interviewé Mme Gabrielle GIACALONE,

notre secrétaire de direction du collège, le 24 Juin 2019 et le 4 Octobre 2019 dans son bureau à l’Administration. Au jour de notre mise en ligne sur notre journal-blog, elle vient de terminer sa carrière marquée par son dévouement, sa courtoisie et sa grande disponibilité à rendre service dans une fonction clé, indispensable au collège.

Et Mme Giacalone est toujours disponible avec le sourire, en ayant toujours un petit mot gentil ! 

mme giacalone  Diana, Inès, Aymen : Bonjour à vous ! Nous avons appris que vous partiez à la retraite. Aussi, nous voulons mieux vous connaitre avant votre départ dans quelques semaines.

Il était temps !!!!!!!!!

Aymen : Vous êtes  secrétaire depuis combien de temps ? Et au collège ?

 Mme Giacalone : Je suis secrétaire depuis 42 ans dont 24 années au collège, auprès de différents chefs d’établissements qui se sont succédé durant toutes ces années.

Diana  : Comment devient-on secrétaire de direction d’un collège ? Est-ce qu’il faut avoir fait des études pour faire ce métier ? Quelle est la formation ? Les diplômes ? Les concours ?

 Mme Giacalone  : Bac en poche, j’ai exercé près de 20 ans dans le secteur privé. Puis, j’ai réussi le concours d’adjointe administrative et j’ai été nommée au collège en 1995 pour exercer ma mission de service public.

concours adm.

Source : Capture d’écran [Extrait].- L’Éducation nationale organise un concours interministériel d’adjoints administratifs. – Publié le 7 Février 2018, mis à jour 3 Mai 2019 .- Voir : https://vocationenseignant.fr/l-education-nationale-organise-un-concours-interministeriel-d-adjoints-administratifs/

Inès : Est-ce un poste particulier car nous sommes un établissement REP+ ?

Mme Giacalone  : Comme le collège est classé Réseau d’éducation prioritaire, il reçoit des dossiers supplémentaires sur les moyens supplémentaires pour aider des familles défavorisées du secteur.

Aymen : En quoi consiste votre travail et quel est exactement votre rôle ?

 Mme Giacalone  : Mon travail, c’est établir le lien entre la direction, les élèves et les parents. C’est un travail de communication et de bureautique. Le rôle d’accueil est très important. J’accueille les visiteurs et j’oriente les personnes en fonction de leur demande. J’assure aussi la réception téléphonique.

Je réalise le traitement administratif de dossiers comme la saisie de courrier, mise en forme de documents, … Je  transmets les informations comme les e-mails, les notes administratives, …. pour le Principal, l’adjointe, les professeurs, le service d’intendance et tous services du collège. L’ouverture du courrier est aussi très important.

P1100541

Diana : Quels sont les horaires ? Que faites-vous pendant une journée de travail typique ?

 Mme Giacalone  : Je suis 8h par jour au bureau toute la semaine sauf le mercredi où je suis présente le matin uniquement. Mes tâches sont très variées tout au long de la journée. Par exemple, recevoir une famille pour une nouvelle inscription, recevoir un élève pour un certificat de scolarité, ….

 Inès : Est ce que vous trouvez que c’est un métier compliqué ?

 Mme Giacalone  : Le métier n’est pas compliqué mais très prenant. Il faut parfois faire trois tâches de travail en même temps au même moment. Par exemple, répondre au téléphone et accueillir un élève venu pour obtenir une photocopie couleurs et répondre à une demande orale du chef d’établissement. P1100631

Aymen : Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre travail ? Et ce que vous aimez le moins ?

 Mme Giacalone  : Ce que j’aime vraiment, c’est le contact et les bonnes relations entre tous les membres du collège et les équipes : les enseignants, les élèves, les parents et la direction.

Diana : Dans le mot secrétaire, il y a « secret » et « taire ». Est-ce que cela correspond au métier ?

 Mme Giacalone  : Oui. Il faut être très discret sur ce l’on voit et ce que l’on entend. Se taire est très important car parler peut porter préjudice à l’établissement. C’est ce que l’on appelle la confidentialité. C’est respecter pendant et après le travail la nature confidentielle des informations administratives, qui viennent des services publics de l’Education Nationale au collège. Cela fait parti de la déontologie du métier.P1100539

Inès : Quel est votre plus beau souvenir de toute votre carrière ?

 Mme Giacalone  : C’est la remise des Palmes académiques en 2006. A l’époque, le collège avait connu des événements. Comment s’en est-on sorti ? Grâce à la solidarité  de tous les personnels.

NDLR :

La Palme

Académique

 

Qu’est-ce que c’est ?

Depuis 1866, on peut donner la Palme Académique à tout le personnel de l’Éducation Nationale, qu’il soit ou non enseignant. À ce titre, il est tout à fait possible de recevoir cette médaille lorsque l’on exerce une profession administrative ou que l’on endosse la casquette d’inspecteur dans l’Académie.

Selon le grade auquel on prétend, il faut pouvoir justifier d’une expérience minimale:

Selon le grade auquel on prétend, il faut pouvoir justifier d’une expérience minimale :

  • 10 ans d’activité pour un chevalier

  • 5 ans d’activité en tant que chevalier pour un officier

  • 3 ans d’activité en tant qu’officier pour un commandeur

Enfin, il faut avoir au minimum 30 ans pour être décoré de la Palme Académique en tant que chevalier. Afin de donner cette récompense à un travailleur, il est obligatoire de réaliser un dossier comportant une description détaillée de toutes les actions exercées par le candidat, susceptibles de renforcer sa position d’employé émérite.

Deux fois par an, au mois de janvier et de juillet, un arrêté du ministre de la Communication identifie le nom des personnes honorées.

Lire la suite : https://www.ethnica.fr/la-palme-academique-quest-ce-que-cest/

 Aymen : Quel est votre projet futur ?

 Mme Giacalone : Mes nouvelles priorités pour ma retraite, c’est profiter du temps pour voyager en camping-car en France et dans d’autres pays.

 Diana :  Avez-vous un message à faire passer ?

 Mme Giacalone : Je n’ai pas de message particulier à faire passer.

INES ET MME GIACALONE

Inès : Avez-vous aimé ce métier durant toute votre carrière ? Pourquoi ?

 Mme Giacalone  : J’ai aimé ce métier parce que c’est très varié ! Et surtout le contact avec les élèves et les parents d’élèves, les professeurs, et l’administration permet de créer des liens. Aussi avec la mairie, les contacts avec la Direction académique (DESDEN) et le Rectorat de Lyon. Pour tous ces contacts, travailler sur ce poste est d’une grande responsabilité. Il faut savoir l’assurer et l’aimer avec le plus de professionnalisme.

FLOUTAGE PHOTO DIANA AYMEN mME gIACALONE

Aymen : Est-ce que les élèves étaient gentils avec vous?

 Mme Giacalone  : Dans l’ensemble, durant toute ces années, cela s’est très bien passé avec les élèves. J’ai eu un bon contact avec les élèves. J’ai côtoyé beaucoup d’élèves au collège au cours de ma longue carrière. A présent, je vois et rencontre des élèves qui sont les enfants d’anciens élèves devenus parents. Ceux-là même qui ont suivi leur scolarité au collège autrefois appelé La Velette. C’était avant la construction de notre collège Paul-Emile Victor !

Notre message

carte-bonne-et-heureuse-retraite-e1571494561569.jpg

Notre chanson offerte

Un Petit Poisson, Un Petit Oiseau

   Chanson interprétée par Juliette Greco (1966) – Paroles de Jean-Max RIVIERE / Musique de Gérard LENORMAN / © WARNER CHAPPELL MUSIC FRANCE

Un petit poisson, un petit oiseau / S’aimaient d’amour tendre / Mais comment s’y prendre / Quand on est dans l’eau / Un petit poisson, un petit oiseau / S’aimaient d’amour tendre / Mais comment s’y prendre / Quand on est là-haut
Quand on est là-haut / Perdus aux creux des nuages / On regarde en bas pour voir / Son amour qui nage / Et l’on voudrait bien changer / Ses ailes en nageoires / Les arbres en plongeoir / Le ciel en baignoire
Un petit poisson, un petit oiseau / S’aimaient d’amour tendre / Mais comment s’y prendre / Quand on est là-haut / Un petit poisson, un petit oiseau / S’aimaient d’amour tendre / Mais comment s’y prendre / Quand on est dans l’eau
Quand on est dans l’eau / On veut que vienne l’orage / Qui apporterait du ciel / Bien plus qu’un message / Qui pourrait d’un coup / Changer au cours du voyage / Des plumes en écailles / Des ailes en chandail / Des algues en paille
Un petit poisson, un petit oiseau / S’aimaient d’amour tendre / Mais comment s’y prendre / Quand on est dans l’eau / Un petit poisson, un petit oiseau / S’aimaient d’amour tendre / Mais comment s’y prendre
Quand on est là-haut

Le combat des héros – Planches de BD

Le jeudi 21 Juin 2018, jour du vernissage de l’exposition des planches de Bandes dessinées en Salle Terre Adélie au collège, Massil, Yasser et Aymen 6ème2 ont interviewé ce professeure sur son travail avec les élèves.

L’INTERVIEW DU PROFESSEURE D’ARTS PLASTIQUES, MME DE PRIESTER

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Massil : Je m’appelle Massil. Je suis en 6ème. Je souhaiterai vous interviewer.

Mme De Priester : Avec plaisir !

Massil : Quel travail était demandé et avec quelle classe ?

Mme De Priester : Je vous présente l’exposition. C’est le résultat du projet EPI  » Les super héros  » des classes de 5ème; en Français avec leur professeure Mme Carré et Arts Plastiques dont j’étais leur professeure .

Yasser : Qu’est-ce que l’EPI ?

Mme De Priester : C’est un sigle qui veut dire Enseignements pratiques interdisciplinaires. Les élèves ont travaillé à la description de héros en français. Ils ont inventé, imaginé en français un super gentil et un super méchant. Ensuite, ils les ont décrit avec un certain nombre de caractères. Ils ont inventé ensuite une petite histoire pour présenter la rencontre de ces héros en imaginant que les super gentils rencontrent les super méchants pour la première fois.

Une fois que le travail d’écriture a été terminé en français, les élèves sont venu en Arts plastiques avec leur projet et ils ont réalisé un travail de transcription de l’écrit à l’image.

Ils ont étudié la bande dessinée, la narration dans l’image et ont ensuite réalisé des planches de bande dessinées en racontant la rencontre entre leurs deux héros.

Massil : Avez-vous aimé le travail effectué avec vos élèves ?

Mme De Priester : Bien sur ! Nous avons beaucoup aimé le travail que les élèves ont fourni et apprécié la qualité de tous les travaux. Si vous jetez un œil, vous verrez la personnalité de chaque élève qui ressort, les talents très différents et variés, les techniques sont assez bien maitrisées.

Cela a été bien sûr un plaisir de travailler avec les cinquièmes !

Aymen : Les élèves ont trouvé cela difficile de réaliser une BD ?

Mme De Priester : En fait, au début, ils pensent qu’ils savent faire puis, au fur et à mesure, ils se rendent compte que, pour que l’on comprenne l’histoire, il faut quand même mettre en place un certain nombre de choses. Petit à petit, on affine le travail. On a pris le temps de le faire, et ils sont arrivés à réaliser ce qu’ils voulaient faire ! Sinon, il faudra leur poser la question !

Massil : Avez-vous aimé les BD réalisées par les élèves ?

Mme De Priester : C’est la question que vous venez de me poser. A nouveau, oui, j’ai beaucoup aimé les productions des élèves.

Massil : Merci de votre collaboration .

Mme De Priester : Merci à vous aussi.

p1090851.jpg

Mme Carré : Au 1er trimestre, les élèves des classes de 5ème ont eu comme consigne de travail en français d’écrire une aventure en texte narratif. Il fallait inventer un super héros. Une étude des caractéristiques des super héros de la séquence  » Héros, Héroïnes, Héroïsme  » et leurs invariants a été menée. Les élèves devaient ensuite inventé leur super héros et écrire un récit, une aventure de leur super héros. Ensuite le découpage en images ou storyboard a été réalisé en Arts plastiques.

LES PRODUCTIONS : SUPER HÉROS EN BANDE DESSINÉE

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Notre nouvelle gestionnaire nous dévoile son parcours et son métier

interview image    Une interview-découverte de Mme Charentus

Par Warda 4ème4 et Sarah 4ème4

P1090401

Forte d’une expérience de plus de 20 ans, Mme Charentus nous a reçues pour une interview dans son bureau où elle occupe un poste à responsabilités dans notre établissement scolaire en qualité de gestionnaire matériel. Elle assiste le chef d’établissement. Et entre autre, elle se charge de la partie comptable, le budget et la partie financière, les réalisations. Elle nous a expliqué comment se déroule ces processus pour tout ce qui relève de la gestion administrative, matérielle et financière : entretien des locaux, sécurité, organisation de l’accueil, de la restauration, etc….  Et aussi le suivi de l’ensemble des personnels de services.

Warda : Quelle est la nature exacte de votre métier ?

Mme Charentus : Je suis adjointe gestionnaire de l’établissement.

P1090406 Sarah : En quoi consiste t-il ?

Mme Charentus : Il consiste, en plusieurs catégories de missions. Il y a la mission comptable, la comptabilité budgétaire de l’établissement. Il  y a la partie financière avec le paiement des réalisations financières. Et enfin, la partie matérielle avec l’entretien des locaux, la sécurité de l’établissement. Et ensuite, vous avez même la partie administrative. Parce qu’il y a une partie ressources humaines au niveau des agents des collectivités territoriales. Il s’agit des personnels qui s’occupent de la restauration.

Warda : Pour quelles raisons l’avez vous choisi ?

Mme Charentus :  Ce métier ? Et bien, c’et une longue histoire. Je n’ai pas toujours été gestionnaire dans les établissements. J’ai d’abord travaillé dans le secteur privé. J’ai fait des études de gestion d’entreprises. Je suis rentrée en tant que comptable dans plusieurs entreprises privées.

Vers l’âge de quarante ans, j’ai intégré la fonction publique, par le biais du Rectorat. Je suis rentrée contractuelle dans des établissements scolaires et ensuite, j’ai passé des concours de la fonction publique.  J’ai réussi le concours d’attaché d’administration de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur. Ainsi, je suis devenu gestionnaire des établissements.

Sarah : Qu’est ce que vous aimez dans ce métier ?

Mme Charentus : La variété. La variété du travail à effectuer. Puisque je ne sais pas si vous avez compris les différentes tâches, les missions, qui sont à faire! Mais de la comptabilité aux ressources humaines,  il y a de nombreuses tâches différentes qui sont multiples et variées. De ce fait, je vois beaucoup de choses dans l’établissement.

P1090400

Notre gestionnaire dans son bureau.

Warda : Avant d’entrer dans cet établissement, que faisiez-vous auparavant ?

Mme Charentus : Auparavant, j’ai travaillé dans un autre établissement, au lycée professionnel Georges Lamarque à Crépieux-la-Pape, quartier de la ville de Rillieux-la-Pape. C’est un Lycée des Métiers d’art et technique du bois  et des Métiers de la tapisserie d’ameublement, que tu peux connaitre sur le  Site Web du lycée. J’étais aussi à l’intendance et j’exerçais la fonction de gestionnaire par intérim parce que le précédent gestionnaire était malade.

Sarah : Aviez-vous des idées de métier en tête avant d’exercer ce métier ?

Mme Charentus : Quand j’avais votre âge à peu prés ? J’ai eu plusieurs idées, totalement différentes. Au départ, je voulais devenir puéricultrice, et après assistance sociale. Ensuite, j’ai eu envie de m’orienter vers le métier de psychologue. En fait, j’ai fait des études jusqu’à la maîtrise en gestion et sciences économiques, à la faculté de Sciences Economiques, option gestion de l’entreprise !

 Warda : Depuis combien de temps êtes-vous à l’Education nationale ?

Mme Charentus :  A l’Education nationale ? Depuis 2001, cela fait donc 17 ans.

Sarah : Quelles études aviez vous faites ?

Mme Charentus : J’ai fait des études de gestion et sciences économiques.

Sarah : Dans combien d’établissements avez-vous travaillé avant d’arriver à Rillieux-la-Pape ?

Mme Charentus :  J’en ai fait beaucoup parce que j’étais contractuelle au départ, avant d’arriver ici au collège Paul-Emile Victor. J’ai dû travailler dans environ dix à quinze établissements.

Warda : Que pensez-vous de l’atelier journal ?

Mme Charentus : Je ne le connais pas. Je ne suis là que depuis Septembre 2017 et je ne me suis pas encore appropriée ce genre de « choses » !

 Sarah : Merci d’avoir pris du temps pour nous et de nous avoir écoutées !

Warda : Bonne fin de journée.

Mme Charentus :  A bientôt !

           Sarah : Au revoir !